Frédéric Boyenga-Bofala
Comment sortir de l'impasse politique

4. Rétablir le scrutin à deux tours pour l’élection du Président de la République

Je propose une révision de la Constitution afin de revenir au scrutin à deux tours pour l’élection du Président de la République tel qu’il a été prévu à l’article 71 de la Constitution avant la révision du 20 janvier 2011 qui l’a ramené à un tour. Je rappelle que l’institution de deux tours de scrutin à l’élection présidentielle est l’aboutissement d’une longue lutte des forces du changement démocratique contre toute forme d’absolutisme. C’est un des acquis de la Conférence Nationale Souveraine et du Dialogue Inter Congolais de Sun City. Je rappelle que la République Démocratique du Congo, pays aux dimensions d’un sous-continent, est constituée d’une mosaïque des communautés avec une pluralité d’opinions. Pour rendre l’Etat gouvernable sur la base d’une légitimité incontestable, chacune des composantes de cette mosaïque est appelée à se reconnaître dans le Président de la République élu et doit pouvoir s’exprimer au Parlement. C’est pourquoi, tant la Constitution que la loi électorale de mars 2006, prenant en compte cette réalité sociopolitique, avaient prévu, d’une part, un mode de scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle et, d’autre part, des scrutins au système proportionnel pour les élections législatives, afin de garantir le respect de cette diversité.

Aujourd’hui nous constatons que l’institution d’un scrutin à un tour a été une dangereuse marche en arrière. L’institution d’un scrutin à un tour pour l’élection présidentielle a eu pour conséquence malheureuse, le rétrécissement de la légitimité du chef de l’Etat, avec comme corollaire, la multiplication des contestations de son pouvoir et l’instabilité politique dans le pays. C’est pourquoi je propose le rétablissement du scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle afin de consolider les acquis du processus de démocratisation en cours dans notre pays depuis 1990.